Alors que Marion Cotillard se glissait récemment dans le rôle d’une starlette hollywoodienne pour la dernière campagne L.A.dy de Dior, ce sont généralement des icônes anglaises ou américaines qui sont préférées pour incarner la parisienne. Ashley Smith pour Jalouse, Keira Knightley pour Coco Chanel,  Kate Moss pour le parfum « Parisienne » d’Yves Saint Laurent, ou ici Arizona Muse pour Louis Vuitton. Soit autant d’exemples qui prouvent qu’aujourd’hui le terme parisienne implique moins un lieu de résidence qu’un style, une aura, un art de vivre. (et puis rappelons au passage que très peu de nos stars hexagonales s’exportent)

En bref, Louis Vuitton nous livre ici une version un peu trop polie (du verbe polir) de la parisienne, bien propre sur elle, qui fait de la barque en maillot de bain mais surtout qui fait du patin à roulettes. Oui j’ai bien dit patin à roulette, parce que le roller c’est « so mainstream ». Une version très clichée mais qui plaira sans aucun doute à monsieur et madame Huong, jeune couple de la banlieue de Beijing, qui économise déjà pour pouvoir venir dévaliser le mégastore LV des champs Élysées… le tout lors d’une visite de la capitale expédiée au pas de course, faudrait pas faire poireauter trop longtemps le chauffeur du bus non plus. ( -> Harry Roselmack / voir le sujet « Tourisme : la vague chinoise »)
























Tagged with →  
ça vous a plu ? →