aliments découpés et couverts
Lifestyle Food

Néophobie alimentaire adulte : quelles solutions ?

La néophobie alimentaire est un trouble qui touche généralement les enfants. Toutefois, il peut arriver que cela se manifeste aussi chez des personnes adultes ou même plus âgées. Heureusement, il existe plusieurs solutions pour lutter contre cette pathologie qui peut s’avérer être vraiment handicapante au quotidien.

Quels sont les symptômes de la néophobie alimentaire chez l’adulte ?

Tout d’abord, il est important de comprendre ce qu’est la néophobie alimentaire. Cette maladie se traduit littéralement par la peur des aliments nouveaux. Ainsi, les personnes atteintes de la néophobie adulte ont du mal à consommer certains aliments inconnus. Elles sont même terrorisées à l’idée d’y goûter.

Parmi les symptômes les plus flagrants de la néophobie alimentaire, on retrouve la sélectivité alimentaire prononcée. La personne concernée ne mange que certains aliments en particulier, et refuse catégoriquement de goûter à autre chose.

Tout comme dans les cas classiques de phobie, le malade a peur des aliments qui sont étrangers à son régime habituel. Il panique à la simple idée d’en imaginer le goût ou la texture dans sa bouche. C’est pour cette raison qu’il est déconseillé de forcer une personne atteinte de ce trouble à tenter de nouvelles expériences alimentaires, car ce serait semblable à un véritable supplice pour lui.

femme écœurée

Normalement, les cas les plus fréquents de néophobie alimentaire commencent pendant l’enfance. Le plus souvent, les symptômes ne vont pas au-delà de cette période. Malheureusement, chez certains, la maladie continue jusqu’à l’adolescence et même à l’âge adulte.

Dans ces cas-là, elle est souvent liée à des émotions et souvenirs désagréables ou traumatisants. Par exemple, une personne qui souffre de problèmes dentaires peut développer une néophobie alimentaire par rapport aux aliments solides.

Le malade considère donc tous les aliments qui lui sont inconnus ou qui pourraient lui causer des problèmes de santé, comme une intoxication par exemple. Il affiche une réticence par rapport à ces aliments. Ce comportement peut être assimilé à un mécanisme de survie en quelque sorte.

Cet article vous intéressera peut-être : comment essorer une salade sans essoreuse ?

Néophobie alimentaire : quels risques et quelles conséquences ?

La néophobie alimentaire est un phénomène qui consiste à limiter l’alimentation à quelques produits en particulier. Comme vous pouvez vous en douter, cela peut entraîner de nombreuses conséquences. Pour commencer, sur le plan sanitaire, cela peut s’avérer être très dangereux. En effet, la personne concernée peut développer des carences alimentaires parfois très graves. Cela entraîne l’affaiblissement de son système immunitaire et des maladies à répétition.

La néophobie alimentaire provoque aussi l’exclusion sociale de la personne atteinte. Elle se sent obligée de s’isoler pour ne pas subir les regards accusateurs ou les jugements de ses proches, qui pensent à tort qu’il s’agit d’un caprice. Elle ne peut pas manger au restaurant, ni aller à des réceptions ou évènements en famille ou en société. Cette situation a pour effet d’accentuer le stress et l’anxiété qui étaient déjà bien présents.

Comment soigner la néophobie alimentaire adulte ?

plat bien présenté

La néophobie alimentaire est un trouble difficile à traiter. En effet, il n’existe pas de traitement médical ou de méthode spécifique à utiliser avec une garantie de résultats. Par contre, il est possible de trouver une solution avec l’aide d’un nutritionniste, d’un psychologue ou d’un autre spécialiste. La thérapie qui semble donner les meilleurs résultats dans ce domaine, c’est la thérapie cognitivo comportementale. Elle consiste à exposer le patient à un nouvel aliment, de façon progressive.

Il est possible aussi de jouer sur la présentation du repas, pour inciter le patient à se laisser tenter par une dégustation. L’autre méthode utilisée est l’hypnose. Elle fonctionne surtout sur les patients dont le problème est lié à un traumatisme ou une mauvaise expérience. Le but de la démarche est de lui faire oublier ses appréhensions, afin qu’il accepte au moins de goûter à de nouveaux aliments.