Ecotourisme/ecotravel : comment s’y prendre ? Petit guide pour voyager écolo

Alors que le coronavirus nous oblige à rester au maximum à l’intérieur, nos envies d’ailleurs sont de plus en plus fortes. Lorsque le déconfinement sera amorcé, peut-être sera-t-il judicieux de changer nos façons de consommer, y compris notre manière de “consommer” le voyage ? Dans cette optique, l’écotourisme ou écotravel est une alternative pour concilier voyage et écologie.

Zoom sur ce concept avec une interview par Skype de Lukas, voyageur français qui respecte désormais l’ecotravel. Il est en ce moment confiné en Turquie et il répond aux questions de TheLiquorStore. Merci à lui pour sa franchise et son partage très riche !

Lukas : portrait d’un voyageur “lambda”

TheLiquorStore : Salut Lukas ! Peux-tu rapidement nous dire quel type de voyageur étais-tu avant de découvrir l’ecotravel ?

Lukas : Hello ! Oui bien sûr. J’étais un voyageur, qui achetait tout le temps de l’eau minérale dans des bouteilles en plastique. C’est bête à dire, mais ça veut tout dire ! Je ne me souciais pas de l’électricité ou de tout ce que je consommais, en fait.

Conduisant ma voiture tous les jours, je ne pouvais pas m’en passer (à la maison), je ne faisais que visiter les centres-villes des villes, les endroits les plus populaires et les plus fréquentés. J’ai commencé par la France, puis l’Europe, puis la Russie… A chaque fois, je tapais sur Google “que faut-il voir” dans telle ou telle ville, ce qui vous montre bien sûr les endroits les plus évidents et les plus populaires.

Lors de mes premiers voyages, je n’ai presque pas eu d’interaction avec les habitants. Récemment, j’ai senti que je voulais explorer un monde différent. Je voulais voir où les habitants se réunissent, ce qu’ils mangent, ce qu’ils boivent, etc.

Je voulais explorer des endroits secrets, dont ils pourraient me parler ou faire des efforts et faire des recherches plus approfondies dans Google, lire des blogs, que je pourrais trouver par moi-même.

Définition et atouts de l’écotourisme

TLS : C’est à ce moment-là que tu as découvert l’ecotravel ?

Lukas : Oui. A force de recherche, j’ai commencé à voir ce mot à droite à gauche. Puis j’ai rencontré d’autres voyageurs dans une auberge de jeunesse de Séville, qui m’ont dit qu’ils réduisaient au maximum leur impact sur la planète tout en voyageant. J’ai trouvé ça fascinant. Moi aussi, je voulais écovoyager !

TLS : Qu’est-ce que ça a changé dans ta façon de voyager ?

Lukas : à peu près tout en fait. Nous dépendons de la nature, la nature ne dépend pas de nous ! Essayez de faire de petits pas tous les jours, pour la conserver belle et saine. Vous verrez à quel point les petits pas sont importants. Alors, ne jetez pas vos ordures autour de vous, recyclez chaque fois que c’est possible, laissez l’endroit plus propre que vous ne l’avez trouvé.

Des milliards de personnes voyagent chaque année, des tonnes de C02 sont donc rejetées dans l’air que nous respirons, et les voyages durables deviennent de plus en plus importants de nos jours !

TLS : Est-ce que cela t’a aidé à davantage parler aux locaux ?

Lukas : Oui, clairement. Avant j’étais… Pas timide, mais je dirais que je n’étais pas… pas envieux d’être ouvert aux autres. Je voulais voir les monuments, rien d’autre… En fait, je passais complètement à côté du voyage. Maintenant, je privilégie le couchsurfing : c’est sympa et je fais des rencontres magiques à chaque fois. Vous aurez la chance de dormir et de passer du temps avec les locaux gratuitement ! J’ai vécu de si belles expériences, pas une fois je n’ai été déçu. Vous pouvez aussi essayer de trouver une maison en tant que syndic de faillite ou employé de maison, vous aurez ainsi une maison entière pour vous et vous pourrez échanger avec les locaux.

Quels sont les “écogestes” que je peux mettre en place à part le couchsurfing ?

TLS : la question est dans le titre !

Lukas : Il y en a plein en fait. Je peux essayer d’en donner quelques uns en vrac :

  • L’éco-voyage commence chez vous. Recyclez, utilisez moins de plastique. Utilisez davantage votre vélo ou les transports publics que votre voiture. Utilisez des ampoules électriques efficaces, coupez les appareils électriques dont vous n’avez pas besoin pour le moment et prenez de courtes douches. Partagez votre trajet.
  • Faites vos valises en toute légèreté. Je pourrais réussir à mettre mes affaires dans un sac à dos de 30 litres, max !
  • Choisissez un vol direct ou voyagez en train. Comme je l’ai déjà dit, beaucoup de gens voyagent tout le temps, donc des tonnes de CO2 vont dans l’atmosphère. Un vol direct ou un train serait utile à l’échelle mondiale ! Bien sûr, les vols directs ne sont pas toujours bon marché, alors essayez plutôt d’être Eco de façon différente !
  • Utilisez les transports publics. Utilisez les transports publics chaque fois que c’est possible. Marchez, utilisez le vélo pour profiter de la ville. Essayez de partager un taxi/voiture avec plus de personnes quand c’est nécessaire.
  • Votre hôtel = votre maison ! Ne changez pas vos draps et vos serviettes tous les jours. Prenez de courtes douches, éteignez les lumières et les autres appareils électriques lorsque vous ne les utilisez pas. Demandez à votre hôtel s’il recycle. Vous n’y payez pas les factures, mais l’atmosphère l’appréciera.

  • Soutenez l’industrie locale et non l’industrie importée. Consommez de la bière locale, vous réduirez ainsi le kilométrage parcouru par la bière importée. Mangez de la nourriture locale, achetez des produits locaux. Essayez d’éviter la viande rouge, qui génère beaucou pde CO2 pour être produite.
  • En général, la consommation de produits alimentaires locaux contribue à réduire les émissions de CO2, d’autant plus que le transport des importations augmente tout au long de l’année.
  • Diminuer l’achat d’eau minérale en bouteille plastique. Achetez des bouteilles réutilisables, si vous avez besoin d’acheter une bouteille filtrée et utilisez-la dans le monde entier. Cela vous ferait économiser de l’argent et sauverait le monde des bouteilles en plastique. Ça vaut le coup, n’est-ce pas ?

TLS : Merci pour tous ces conseils ! Un dernier mot pour les lecteurs de TLS qui souhaitent s’essayer à l’ecotravel ?

Lukas : J’essaie de garder la nature telle qu’elle est, ne pas vouloir la changer dès qu’elle ne me convient pas. Faites de-même : c’est souvent plus facile de respecter la nature que de vouloir s’y confronter ! Et puis je n’achète plus de souvenirs inutiles ni de cartes postales. C’est absurde d’acheter des babioles qui ne serviront jamais à personne… Ce sont ces petits gestes qui pourront améliorer notre façon de consommer et réduire notre impact sur le réchauffement climatique.